Masque Protection

Vous cherchez un bon masque de protection antipollution, mais vous ne savez pas quelles sont les meilleures marques, les meilleurs matériaux et les meilleures spécifications à prendre en compte. Découvrez sur cette page les informations nécessaires pour tout comprendre et faire ensuite le meilleur choix. Découvrez quels sont les meilleurs masques de protection actuellement sur le marché, nous avons préparé ce guide où vous trouverez le plus d’informations sur les meilleurs masques de protection du visage disponibles sur le marché.

Nous avons sélectionné parmi des centaines d’options les meilleurs masques de protection antipollution, nous avons écarté ceux d’origine douteuse et de faible qualité et nous avons conservé ceux qui présentaient le meilleur rapport qualité-prix, tant pour les matériaux que pour les méthodes de fabrication utilisées. Nous sommes convaincus que ce guide vous aidera à prendre la meilleure décision.

Il y a différent types de masques de protections, comme le masque facial qui est écran de protection intégrale qui couvre, en plus de la vue, tout le visage, permettant une visibilité maximale avec une protection totale. Il ne convient pas aux gaz car il ne permet pas un ajustement étanche. Il y a aussi les masques avec filtre pour le visage. Ce sont des masques de protection intégrale avec protection contre les gaz nocifs, idéal pour les environnements de travail avec une atmosphère gazeuse dangereuse.

Dans ce guide, nous voulons vous faciliter le choix, nous avons déjà fait le travail difficile de rechercher les meilleurs modèles pour que vous ne perdiez pas votre temps. Nous avons analysé des dizaines d’options sur le marché et, à la suite de notre analyse, ces masques de protection du visage ont été les plus remarquables en raison de leur excellent rapport qualité-prix.

Les aérosols et les particules, qui sont pratiquement invisibles dans l’air inhalé, comptent parmi les risques sanitaires les plus dangereux dans l’environnement de tous les jours. Les appareils respiratoires filtrants, qui offrent une protection contre ces dangers, sont divisés en trois types selon la classe de protection : FFP1, FFP2 et FFP3 ou KN90, KN95 et KN99.

Les molécules dangereuses peuvent être cancérigènes ou radioactives, ou endommager progressivement le système respiratoire de l’organisme pendant des décennies et entraîner le développement lent de maladies graves. Les appareils respiratoires protègent contre l’eau et les particules d’aérosols huileux dans trois classes ainsi que la fumée et la poussière. Leur fonction de protection est normalisée en Europe conformément à la norme EN 149. Ils sont connus sous le nom de masques respiratoires à filtrage de particules ou de masques anti-poussières et comprennent les classes de protection FFP1, FFP2 et FFP3. Dans les autres pays d’europe, la norme équivalente est KN90, KN95 et KN99.

Les appareils respiratoires protègent contre la poussière, la fumée et le brouillard (aérosol), mais pas contre la vapeur ou le gaz. Les demi-masques respiratoires couvrent le nez et la bouche. Les demi-masques sont recommandés pour les environnements où la concentration maximale admissible de poussière, de fumée et d’aérosols dans l’air inhalé est dépassée. En cas de dépassement, l’utilisation d’une protection respiratoire devient obligatoire.

Les classes de protection FFP1, FFP2 et FFP3 ou KN90, KN95 et KN99 offrent une protection respiratoire contre différentes concentrations de polluants en fonction de la fuite interne totale et de la filtration des particules. La fuite interne totale est due à la perméabilité des filtres et à la fuite du masque en contact avec le visage et le nez. Dans la gamme Neelk, grâce à une technologie de filtrage innovante, la résistance respiratoire reste faible et les particules collectées dans le filtre n’entravent pas la respiration, même si le respirateur est utilisé plusieurs fois.

Masque antipollution NeelK

Neelk vous propose le meilleurs choix de masques antipollution existant sur le marché. Ayant une expertise dans la filtration, nous avons souhaitez vous proposer les meilleurs marques proposant des masques antipollution. Tous nos masques ont un niveau de filtration efficace dépassant les simples masques en tissu du marché. Le design est aussi important, ce n’est pas parce qu’il doit filtrer la pollution, que le masque ne doit pas être un produit design. Vous allez sortir avec, l’utiliser parfois plusieurs heures et croiser du monde alors pourquoi ne pas choir un masque design ? Neelk a fait les sélections pour vous !

Un des derniers critères important pour Neelk est le confort d’utilisation. Si vous portez un masque plus qu’une heure par jour, vous allez rapidement comprendre l’intérêt d’avoir un masque confortable. Il soit s’ajuster parfaitement à votre visage, ne pas faire mal dans la durée avec sa fixation et aussi vous permettre de respirer un air frais et abondant. C’est ce que Neelk choisi pour vous, des masques confortable, design et offrant la plus grande sécurité du marché.

Si vous souhaitez vous équipez d’un masque design, efficace et confortable, choisissez Neelk !

Présentation de différents masques de protection antipollution Neelk:

Modèles KleenR Smartmi Purely Airshark
Efficacité PM2.5 >95% >95% >95% >95%
Filtre Interchangeable Unique Interchangeable Interchangeable
Valve extraction Oui Oui Oui Oui
Ventilation Non Non Oui Oui
Poids 43g 50g 50g 50g
Port USB Non Non Oui Oui
Tps charge (h) 2-3 2-3
Autonomie (h) 5-8 4-7

Masque antipollution KleenR

Le masque antipollution KleenR est un masque de protection antipollution dédié aux activités sportives extérieures. Il dispose d’un filtre à membrane multicouche utilisant une couche de charbon actif et des filtres à particules. Son niveau de protection est classé KN95. Il permet d’avoir une filtration contre les particules fine jusqu’à 2.5µm avec une efficacité de 95%. Son filtre peut facilement être changé une fois celui-ci utilisé. C’est le meilleur compris entre les masques réutilisable et les masques jetable. Il allie le biveau de sécurité des masques antipollution de type FFP2 tout en améliorant sont confort d’utilisation. Il permet de pouvoir faire du vélo ou tout sport en extérieur en gardant un niveau de sécurité élevé. De plus sa double valve permet une extraction de l’air chaud efficace. Cela vous permet d’éviter de respirer l’air chaud expirer et vous offre alors un réel confort d’utilisation, même en cas d’activité intente et sportives. Le second avantage de cette double valve est d’éviter de d’avoir de la buée si vous portez des lunettes. Le masque antipollution KleenR est aussi un masque de protection design et esthétique. Sa coupe moderne est prévue pour s’ajuster facilement à la forme de votre visage grâce à une fermeture en velcro qui permet de l’ajuster à votre tour de tête. Durant vos activités, il sera vous garantir un confort d’utilisation tout en ayant un niveau de sécurité exigeant.

Masque antipollution Smartmi

Le masque antipollution Smartmi allie sécurité et confort. C’est le dernier né de la gamme. Il intègre un filtre 5 épaisseurs de filtrations pouvant filtrer les particules jusqu’à 2.5µm. Il va ainsi filtrer la majorité des bio-contaminant (pollens, bactéries, particules fines) et même des odeurs avec le filtre à charbon intégré dans les différentes épaisseurs du filtre. C’est aussi un masque antipollution souple et confortable fabriqué en matière TPU qui lui donne une élasticité et confort d’utilisation. Le Smartmi est aussi équipé d’une valve d’un diamètre de 40mm d’extraction de l’air chaud vous permettant d’évacuer l’air expiré pour vous garantir le meilleur confort possible. Si vous mettez un masque sous la chaleur du soleil vous allez rapidement vous rendre compte de l’intérêt d’une telle valve. Vous pouvez aussi intégrer sa structure amovible lui permettant de lui donner une rigidité qui pour assurer une meilleurs filtration (moins de surface en contact avec la peau, donc plus de surface d’échange de l’air). Le Smartmi est le masque antipollution ayant le meilleur rapport qualité prix.

Masque antipollution Purely

Le Purely est le masque antipollution qui allie confort, sécurité et design. Sa technologie de filtration 2.0 par ventilation active vous garantie le meilleur niveau de protection tout en ayant un confort optimum de la respiration. Il dispose non seulement d’une valve d’extraction d’air chaud permettant d’évacuer l’air chaud et humide mais il dispose aussi d’une ventilation par turbine silencieuse injectant un flux d’air permanent dans le masque antipollution. Ce flux d’air vous amène en permanence un air frais et abondant dans le masque. Ca change tout ! Le confort d’utilisation est alors nettement amélioré. Vous allez pouvoir respirer quasiment normalement et oublier le masque antipollution. Plus la filtration est efficace, plus la respiration est difficile. Le Purely arrive à dissocier les 2, en rendant la respiration simple et facile tout en augmentant le niveau de protection. Il offre une filtration contre les particules fine jusqu’à 2.5µm avec une efficacité de 98%. Vous pouvez aussi changer les filtres une fois qu’ils sont usagés. Les filtres sont classé FFP2 garantissant une efficacité minimum supérieur à 95% pour les particules de 2.5µm. C’est un masque réutilisable design et confortable.

Masque antipollution Airshark

Le masque antipollution Airshark est un masque de protection antipollution le plus abouti de sa catégorie. Il est dédié aux activités sportives extérieures avec un excellent niveau de filtration et de sécurité. Avec l’Airshark, vous allez découvrir un masque confortable, fabriqué en 3 dimensions pour s’adapter parfaitement à la forme du visage. Sa ventilation active vous permet d’avoir en permanence un flux d’air frais à l’intérieur du masque. De plus il met en légère surpression l’intérieur du masque vous garantissant une barrière active contre les particules extérieure pouvant entrer par les interstices du masque. Sous sa turbine silencieuse, il y a une valve d’extraction d’air chaud. L’air que vous allez expirer s’évacuer alors par le bas laissant entrer uniquement l’air frais via la turbine. Le masque antipollution Airshark dispose aussi d’un filtre testé KN95 garantissant un niveau de protection efficace. Pour rappeler, la norme KN95 et du même niveau que le niveau FFP2. Il filtre les particules fines de 2.5µm avec une efficacité supérieure à 95%. Le filtre se change très facilement grâce à un système de fixation par aimant. Cela vous permet de ne pas à avoir de longue manipulation du filtre, l’opération se fait en moins de 10 secondes ! C’est un masque réutilisable design et efficace et confortable.

Masque lavable

Il existe sur le marché des masques de protection de haute qualité, confortables à utiliser et réutilisables, qui réduisent le risque d’infection et la propagation des maladies infectieuses transmises par les gouttelettes de salives. Les masques de protection ne garantissent pas une protection totale contre les infections, mais augmentent considérablement la sécurité, protègent contre la propagation des maladies infectieuses, ainsi que contre la pollution et les allergènes. Ils ne restreignent pas la liberté de respirer et apportent un confort.

Les masques de protection réutilisables sont fabriqués à partir d’un tissu non tissé épais et certifié, ce qui prolonge la durée de vie du masque. Les meilleurs masques réutilisables peuvent être constitués des couches suivantes. Une couche en tissu barrière externe médical. Puis une seconde milieu avec un tissu filtrant médical 20gr/m2. Puis une troisième interne (au niveau de la face) – type polaire en barrière médicale.

Ils sont généralement constitué de plusieurs couches de tissu non tissé correctement sélectionnées, d’extrémité constituées d’un élastique et d’un fil métallique caché dans la partie supérieure du masque, qui peut être utilisé pour adapter parfaitement le masque à la forme du nez et du visage.

Grâce à la possibilité de lavage à 60°C avec un détergent, la possibilité de repassage à 110°C avec un chiffon en coton et la possibilité de désinfection supplémentaire avec une forte teneur en alcool, le masque lavable peut être utilisé plus longtemps que les autres masques collés ou soudés disponibles sur le marché.

Certain masques réutilisables sont améliorés :

  1. Par un ajout de plusieurs couches filtrantes pour mieux protéger contre l’inhalation et l’exhalation de substances nocives et de maladies infectieuses
  2. Grace a des tests d’entretien détaillés conformément aux nouvelles recommandations des experts et aux instructions de nettoyage et de repassage actualisées
  3. Les bandes élastiques sont allongées pour les rendre plus confortables à porter pendant une plus longue période

 

Masque avec Filtres

Le masque avec filtres protège contre les poussières, la fumée et la brume, mais il n’offre aucune protection contre les vapeurs et les gaz. Il existe un système de classification Européen des filtres et masques qui comprend trois classes de FFP, l’abréviation FFP (filtering facepiece, littéralement « pièce faciale filtrante ») est synonyme de « masque filtrant ».

Les masques avec filtres respiratoires allant de FFP1, FFP2 jusqu’à FFP3 offrent une protection respiratoire pour diverses concentrations de contaminants.

Masques avec filtres FFP1 : Les FFP1 filtrent les aérosols d’une taille moyenne de 0,6 µm avec au moins 80% d’efficacité et une fuite totale inférieure à 22%.

Masques avec filtres FFP2 : Les FFP2 filtrent les aérosols d’une taille moyenne de 0,6 µm avec au moins 94% d’efficacité et une fuite totale inférieure à 8%.

Masques avec filtres FFP3 : Les FFP3 filtrent les aérosols d’une taille moyenne de 0,6 µm avec au moins 99% d’efficacité et une fuite totale inférieure à 2%.

 

Masque protection virus

Le masque facial jetable ou réutilisable n’offre pas une protection et une résistance complètes contre l’infection virale. Au contraire, une mauvaise utilisation peut accroître ce risque car elle donne un faux sentiment de sécurité. Les masques ordinaires jetables ou à usage unique sans filtre – non certifiés ou de classe FFP1 – ne bloquent pas les virus et ne peuvent pas être utilisés pour se protéger lorsqu’ils se trouvent parmi des personnes infectées. Les masques de protection contre les virus doivent obtenir une certification.

Tous les masques n’ont pas le même but, tous ne sont pas utilisés de la même manière. Il faut savoir lesquels offrent la protection la plus efficace contre la pollution et les micro-organismes en suspension dans l’air et comment ils protègent contre les coronavirus.

Les masques chirurgicaux jetables sont les plus utilisés. Leur tâche n’est pas de filtrer l’air, mais de créer une barrière physique entre les muqueuses et la contamination potentielle. Ils protègent contre les particules plus grosses d’un diamètre supérieur à 1 micromètre (μm) et non contre les virus d’un diamètre mesuré en nanomètres (dans le cas d’un coronavirus, il est de 60 à 140 nm).

Toutefois, ils constituent une barrière efficace contre les aérosols dans lesquels des virus peuvent être présents. En ce qui concerne le degré de filtration, les normes relatives à ces masques sont fixées dans la norme européenne EN 14683, selon laquelle les masques chirurgicaux sont divisés en trois types : type I (efficacité de filtration ≥ 95), type II (efficacité de filtration ≥ 98) et type IIR (efficacité de filtration ≥ 98).

Les professionnels de la médecine, par exemple lors d’opérations chirurgicales, utilisent des masques de type II et IIR. Ils sont constitués de trois couches de non-tissé en polypropylène. Les masques de type IIR diffèrent des masques de type II en ce qu’ils sont perméables.

Questions et réponses (FAQ)

Qu’est-ce qu’un masque de protection antipollution ?

Les masques de protection protègent contre l’inhalation de poussières nocives et particule fines. Un filtre placé dans le masque retient les particules dangereuses, afin qu’elles ne pénètrent pas dans les poumons. Si vous vous trouvez dans un endroit où les normes de pollution de l’air sont dépassées, il vaut la peine de protéger votre santé en portant un masque antipollution.

Quel masque de protection choisir?

Il y a des modèles à usage unique et des modèles réutilisables (comme par exemple les masques antipollution). Vous devez commencer par choisir à quoi servira le masque. Il existe des masques chirurgicaux, des masques sanitaires et des masques non sanitaires dont les masques à usage quotidien contre la pollution ou pour les activités sportives et dernièrement des masques dit « grand public » ou masque en tissu.
Les masques chirurgicaux couvrent la bouche et le nez, sont jetables et absorbent facilement l’humidité. Si le masque est mouillé ou endommagé, il doit être changé. C’est masques sont dédiés aux personnels de santé.
Les masques spécialisés N95 sont généralement utilisé dans l’industrie ou par le personnel médical. Une personne non formée peut avoir des difficultés à respirer avec ce masque. Mais certain modèle sont équipé de valve et ventilation active lui donnant un confort d’utilisation.
Les masques à usage quotidien, de type décontracté, sont conçus pour des activités ordinaires comme se déplacer dans la ville. Si vous faites du vélo ou de la course à pied, choisissez parmi les masques conçus pour les cyclistes et les coureurs. Pour les athlètes, il existe d’autres masques conçus pour filtrer plus d’air (jusqu’à six fois plus d’air est utilisé pendant l’entraînement que pendant les activités quotidiennes) et pour évacuer la vapeur comme les masques actifs du type Airshark ou Purely.
Les masques en coton, faits maison, sans filtre, protègent uniquement contre les grosses gouttes, mais offrent une protection contre le réflexe de toucher votre visage. Ils doivent être lavés après chaque utilisation à 60 degrés et ensuite repassés.

A quoi sert vraiment le masque ?

N’oubliez pas qu’un masque en tissu n’est qu’un élément de protection contre l’infection. Elle ne nous protégera jamais à 100 % contre la maladie. Il est important de suivre d’autres règles d’hygiène, qui sont recommandées pendant une pandémie. Il s’agit principalement de maintenir une distance de sécurité entre l’autre personne (minimum 1 à 2 mètres) et de se laver les mains fréquemment et soigneusement à l’eau chaude savonneuse. Le COVID-19 se déplacement facilement par gouttelettes en parlant, en éternuant ou en toussant. Si vous restez avec une personne potentiellement infectée ou si vous lui parlez pendant une longue période, le risque d’infection augmente (par exemple, au comptoir de caisse d’un magasin, d’un bureau de poste ou d’une pharmacie). Dans cette situation, le port d’un masque de protection à l’extérieur de la maison, même en tissu, réduit la transmission du virus à d’autres personnes si vous êtes déjà infecté. Lorsque vous et l’autre personne portez le masque, vous vous protégez mutuellement contre une éventuelle infection. Le masque doit également être porté par les personnes qui présentent des symptômes clairs d’infection (toux, éternuements) et par les personnes qui s’occupent des patients atteints de COVID-19. Pour renforcer la protection contre l’infection virale, il est conseillé de se procurer un gel ou un désinfectant pour les mains à base d’alcool. Un tel agent peut toujours être emporté avec vous et utilisé lorsque vous n’avez pas accès à de l’eau savonneuse. Une protection supplémentaire des mains est assurée par des gants jetables, qu’il vaut la peine d’avoir avec soi, surtout lorsqu’on fait ses courses dans un magasin.

Comment porter un masque réutilisable ?

Lavez-vous soigneusement les mains à l’eau chaude savonneuse ou désinfectez-les avant d’appliquer le masque. Appliquez le masque avec précaution sur votre visage et couvrez votre bouche et votre nez. Le masque doit adhérer le plus étroitement possible à la peau. Ne touchez pas le masque lorsque vous le portez. Si cela vous arrive, lavez-vous les mains immédiatement ou désinfectez-les avec un agent antibactérien à base d’alcool. Si le masque devient humide, remplacez-le par un nouveau. Mettez le masque utilisé dans un sac en plastique et fermez bien. Stockez-les quand même jusqu’à ce qu’ils soient lavés. Retirez toujours le masque par l’arrière en saisissant les sangles ou les élastiques. Ne touchez jamais la partie qui est entrée en contact direct avec votre visage. Après avoir retiré le masque, lavez-vous soigneusement les mains ou désinfectez-les. Le port d’un masque peut être gênant au début. Mais ce n’est qu’une question de temps avant que vous ne vous y habituiez. Un grand avantage des masques en coton est qu’ils permettent de respirer librement. Les porter nous rappelle de ne pas toucher le visage avec nos mains, surtout dans les lieux publics.

Comment bien mettre un masque ?

Pour obtenir la plus grande efficacité des masques de protection, il est important qu’il y ait une bonne étanchéité entre ses bords et le visage. Si cette étanchéité n’est pas bonne, la protection sera mauvaise, car l’air contaminé pourra s’échapper par n’importe quelle ouverture.

Ci-dessous les étapes de mie en place d’un masque de protection:

  1. Positionner la partie colorée à l’extérieur (Bleu ou vert dans le cas des masques chirurgicaux).
  2. Tenez la bande supérieure du masque au-dessus de la couronne.
  3. Ajustez le pince-nez à la forme de votre nez, en cherchant à avoir la meilleure étanchéité.
  4. Le masque doit toujours être bien placé sur le visage et la tête.
  5. Lorsque vous utilisez des masques pliables, les panneaux ne doivent pas être complètement dépliés.
  6. Un masque humide est plus susceptible de transporter des particules virales en suspension dans les gouttelettes de sécrétion des voies respiratoires. Le masque doit être sec et le masque ne doit pas être touché. Le masque doit être correctement retiré – saisissez les élastiques par l’arrière et tirez-les vers l’avant sans toucher la partie principale avant du masque. Après avoir retiré le masque, lavez-vous les mains. Lorsque vous utilisez des masques en coton ou d’autres masques réutilisables, n’oubliez pas de les désinfecter correctement – avec une solution d’alcool (vaporisez au moins 70 % et attendez qu’elle sèche), en les lavant à une température supérieure à 60 degrés avec l’ajout de détergent, ou en les stérilisant au four pendant 30 minutes à 70 degrés (bien entendu, la méthode de désinfection du masque est adaptée au type de masque dont vous disposez). Après l’avoir enlevé et avant la désinfection, mettez-le dans un sac en plastique.

    Quel sont les standards / normes internationales ?

    Il existe un système de classification Européen des filtres et masques sanitaire selon la norme EN 149 : 2001+A1:2009 qui comprend trois classes de FFP, l’abréviation FFP (filtering facepiece, littéralement « pièce faciale filtrante ») est synonyme de « masque filtrant ».
    Les FFP1 filtrent les aérosols d’une taille moyenne de 0,6 µm avec au moins 80% d’efficacité et une fuite totale inférieure à 22%. Les FFP2 filtrent les aérosols d’une taille moyenne de 0,6 µm avec au moins 94% d’efficacité et une fuite totale inférieure à 8%. Les FFP3 filtrent les aérosols d’une taille moyenne de 0,6 µm avec au moins 99% d’efficacité et une fuite totale inférieure à 2%. Dans les normes internationales on parle d’efficacité par rapport à une tailles minimum de particule. Comme par exemple le PM2.5, représente les particules de taille de 2.5µm.
    Par exemple les masques dits « grand public » en France sont testé en PM3. Il faut donc qu’il filtre des particules supérieures à 3µm avec une efficacité moins exigeante que les normes internationales (FFP/KN). Les standards / normes internationale des masques non sanitaire n’existe pas. Il existe cependant des spécifications techniques et tests pour les masques « grand public ». Leurs niveau de protection est en dessous des masques EN 149 : 2001+A1:2009. Il existe aussi des systèmes de classification Internationaux des filtres et masques sanitaire qui comprennent aussi trois classes de protections. Ce sont des niveaux parallèle aux niveau FFP1 , FFP2, FFP3. Par exemple le KN95 est comparable au FFP2 et le KN99 comparable au FFP3 (Voir l’article sur les classes de protections internationales). La meilleure protection est assurée par les masques FFP3 ou KN99, puis FFP2 ou KN95, FFP1, et enfin les masques grand public.

    Que choisir, un masque ou une visière de protection ?

    Le masque de protection est généralement souple et se fixe directement sur le visage en protégeant le nez et la bouche efficacement des particules en suspension dans l’air. Alors que la visière de protection se fixe sur la tête et protège des projections directes comme des gouttelettes au niveau des yeux, du nez et de la bouche.. Elle est retirée de quelques centimètres du visage, ce qui permet de travailler avec des lunettes et de respirer confortablement. La visière de protection est aussi facilement nettoyable avec un produit désinfectant (contenant également de l’éthanol). Vous pouvez le réutiliser sans problème. Mais la visière de protection ne protège pas des particules en suspensions que vous pouvez respirer comme le masque de protection. C’est donc 2 équipements de protection cumulable. Vous pouvez utiliser une visière de protection et mettre dessous un masque de projection. Vous serez alors doublement protégé.

    Comment choisir un masque de protection respiratoire ?

    Le choix et la mise en place d’un masque de protection antipollution sont très importants. Le masque doit adhérer au visage afin que la saleté ne pénètre pas sur les côtés. Il ne doit pas non plus se déplacer pendant le déplacement. Mesurez la circonférence de la tête et du cou ainsi que la distance entre la hauteur des yeux et le menton. Comparez les dimensions avec le tableau des tailles du fabricant et choisissez le masque le plus proche de votre taille.

    Quels filtres choisir pour un masque de protection antipollution ?

    Un bon filtre est la partie la plus importante d’un masque de protection. Elle doit retenir les contaminants de deux catégories : les gaz et la vapeur, et les particules. Il s’agit notamment de substances toxiques, de benzopyrène, de dioxines et de furanes. La détermination des poussières PM10 et PM2.5 vient de leur taille. La pureté de l’air est définie par les PM10 et PM2.5, qui sont des mélanges de substances organiques et inorganiques. La poussière PM10 contient des particules d’un diamètre inférieur à 10 micromètres, qui peuvent atteindre les voies respiratoires supérieures et les poumons. La poussière de PM2.5 contient des particules d’un diamètre inférieur à 2,5 micromètres qui peuvent atteindre les voies respiratoires supérieures, les poumons et pénétrer dans le sang. Il s’ensuit que le filtre du masque doit capturer les particules inférieures à 2,5 micromètres. Selon la marque de masque choisie, l’utilisateur dispose de filtres HEPA et P99. En outre, les filtres contiennent du charbon actif, qui piège les substances nocives dans l’air.

    Les filtres sont constitués non seulement d’un tissu dense, mais aussi d’un filtre purificateur.
    Ils doivent être remplacés fréquemment conformément au mode d’emploi, car à chaque respiration ultérieure, les poussières et autres impuretés absorbées rendent la respiration difficile.
    De plus, lors de l’expiration, une partie du dioxyde de carbone reste à l’intérieur du masque, près de la bouche.
    Si vous souhaitez réutiliser le masque, suspendez-le dans un endroit propre, sec et aéré ou placez-le dans un sac en papier propre et perméable. Ces masques doivent être nettoyés conformément au mode d’emploi.

    Quand doit-on changer les filtres du masque ?

    Vous devez remplacer le filtre du masque de protection régulièrement en fonction de l’intensité de l’utilisation du masque, en fonction du nombre d’heure d’utilisation et de l’intensité de la pollution aux particules fines. Le moment exact dépend du modèle choisi. Il faut regarder les préconisation du fabricant et ne pas dépassez pas ce délai, car ensuite le filtre ne vous protège plus et des bactéries et des germes nocifs pour le système respiratoire peuvent commencer à se développer. Vérifiez toujours la durée de vie recommandée du filtre selon les recommandations du fabricant.

    Quand doit-on porter un masque ?

    Quand on vit dans une ville où la pollution de l’air est élevée, cela vaut la peine de protéger sa santé en portant un masque. Les enfants et les personnes âgées sont particulièrement vulnérables aux substances nocives. Egalement les sportifs et les cyclistes urbains qui ne veulent pas renoncer à leurs activités en dehors de la maison. Les personnes à risque de maladies respiratoires (particulièrement sensibles, avec des personnes malades dans la famille) doivent porter des masques antimicrobiens.
    Concernant les masques grand public ou masque sanitaire, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne recommandent pas l’utilisation de masques chez les personnes en bonne santé, c’est-à-dire celles qui ne sont pas soupçonnées d’être en contact avec le virus du SRAS-CoV-2. Les masques sont recommandés aux personnes présentant des symptômes de maladie, aux personnes qui prennent soin des malades et aux personnes employées dans le secteur de la santé. Selon l’OMS, le port d’un masque dans des situations où il n’est pas recommandé peut créer un faux sentiment de sécurité, car il peut conduire à négliger les mesures d’hygiène de base, telles que l’hygiène des mains.

    Comment fonctionne un masque de protection ?

    Un masque de protection est équipe d’un filtre plus ou moins élaboré. Vous pouvez trouvez des masque utilisant simplement un tissu ou différentes couches de tissus pour filtrer l’air. Des modèles plus élaboré utilisent différent matériaux prévues pour la filtration comme les masques chirurgicaux.
    Les masques ayant les meilleures performances sont généralement équipés de plusieurs couches de filtration avec des matériaux dédiés à une filtration particulière comme les bio contaminants, les gaz, molécules, particules fines. On retrouve comme matériaux de fabrication des filtres Antiseptique, filtres à charbon actif, filtres HEPA et filtres non tissé. L’assemblage de ses différents matériaux permet de réaliser des filtres efficaces. Plus les épaisseurs sont importantes plus la filtration est efficace, mais en contre partie on perd en facilité de respiration et donc en confort. C’est pour cela qui existe des masques avec des valves d’extractions pour faciliter la sortir d’air. Il y a aussi des masques avec des ventilateurs ou turbines permettant d’accélérer le flux d’air pour pouvoir respirer avec un meilleur confort tout en ayant un filtre plus épais et plus efficace.

    Contre quoi les masques de protection protègent-ils ?

    Généralement, les masques de protection sont équipés d’une filtration qui permet de bloquer partiellement ou totalement les polluants et micro polluant extérieurs en fonction de leurs indices de filtration. Ils permettent de filtrer les particules volatiles moyennes comme des poussières ou poils d’animaux, mais il est aussi possible de filtrer la majorité des bio-contaminant comme les pollens ou bactéries. Les meilleurs masques peuvent filtrer les particules fines et certain molécule, gaz (comme des gaz nocif, odeurs, virus).

    Les masques de protection protègent-ils des virus?

    Aujourd’hui Il semblerait que face au nouveau défi auquel le monde entier est confronté, toute forme de protection personnelle soit souhaitable. Dans de nombreux pays, il existe même une réglementation sur l’obligation de porter un masque dans les lieux publics. En France, il y a une obligation de portez des masques grand oublic dans les transport en comment, dans de nombreux pays ils sont obligatoire dans les lieux public. La majorité des entreprises l’impose aussi en plus des gestes barrières.
    La vidéo ci-dessous montre que le fait de se couvrir la bouche pendant la toux avec un coude ou avec un masque muni d’un filtre N95 (FFP2) ou N99 (FFP3) réduit nettement l’émission de gouttelettes contenant de virus à votre entourage. (Video réalisée par LaVision spécialiste de systèmes d’imagerie laser, société fondée à Göttingen, en Allemagne, en 1989).

    VIDEO

    Le Centre américain de contrôle des maladies (CDC) a recommandé aux citoyens américains de porter un masque sur le visage lorsqu’ils se rendent dans des lieux publics. Les spécialistes du CDC soulignent que les personnes infectées par le nouveau coronavirus SRAS-CoV-2 et ne souffrant pas encore de COVID-19 (sans symptômes) peuvent également être infectées. Le simple fait de parler provoque la propagation micro-organismes.
    En résumé, il est bon d’utiliser des masques de protection dit « grand public » pour couvrir la bouche et le nez, car la portée de l’air éjecté des poumons (comme le coronavirus SRAS-CoV-2) est considérablement réduite. Il est à préciser que les masques grands publics sont une catégorie de masque non commercialisé par Neelk. Il faut se les procurer sur d’autres sites spécialisés. Les masques Neelk ne sont pas préconisés comme masques contre le coronavirus mais uniquement comme masque antipollution.

    Quel modèle choisir et comment le dimensionner ?

    L’argument de ne pas porter de masque – pourquoi ?

    Malheureusement, il y a déjà une pénurie de masques dans les hôpitaux, certains médecins sont obligés de travailler sans protection adéquate, et de nombreux hôpitaux utilisent déjà des masques en coton fournis par les ateliers de couture. Les recommandations visant à limiter l’utilisation des masques aux personnes présentant des symptômes de maladie, aux soignants et aux travailleurs de la santé sont principalement dues au fait qu’il n’y a pas assez de masques. Si tout le monde achètes des masques chirurgicaux, il n’y aura tout simplement pas de masques pour le personnel médical. Par conséquent, laissons les masques chirurgicaux et les masques antiviraux professionnels au seul personnel médical.

    Comment stériliser et nettoyer un masque de protection en toute sécurité ?

    Le masque doit être lavé régulièrement en fonction de sa fréquence d’utilisation ou après chaque utilisation si le milieu et fortement pullué. Il suffit ensuite simplement d’utiliser la machine à laver avec une température élevée de 60°C minimim puis un sèche-linge si vous en avez un. Et enfin utliser le fer à repasser. C’est 3 étapes vous permettrons de sécuriser votre masque. Il exite aussi des systèmes de nettoyages par ozone ou par émision d’ultraviolet (UV), c’est systèmes sont très efficace mais necessitent un investissement supplémentaire.

    Comment réaliser un masque en tissu?

    Il n’est pas nécessaire que le masque de protection soit un masque professionnel de type FFP2 ou KN95. Vous pouvez utiliser un masque que vous allez pouvoir fabriquer.

    Alors, comment faire un masque de protection pour le visage facilement? Peut-on se passer de machine à coudre et de compétences manuelles ? Peut-on faire un masque facilement ? Comment coudre un masque de protection ? Comment fabriquer un masque de protection en tissu ? Pouvez-vous fabriquer un masque à la maison ? Vous vous posez toutes ces questions et contrairement aux apparences, c’est plus simple que vous ne le pensez ! Coudre un masque pas à pas, une instruction simple pour tous.

    Coudre un masque de protection est un jeu d’enfant. Vous pouvez vous acquitter de cette tâche même si vous êtes un débutant dans ce genre d’artisanat. N’oubliez pas de nettoyer et de désinfecter soigneusement le stand avant de commencer à travailler avec un agent à base d’alcool, et de vous laver et de vous désinfecter les mains. Vous aurez besoin du matériel suivant : 2 rectangulaires de tissus en coton de 25 x 16 cm, 2 élastiques de 16 cm de long (une sangle en tissu peut faire l’affaire), une aiguille et bien sure une paire de ciseaux et une machine à coudre.

    Pour fabriquer le masque, il est préférable d’utiliser un tissu en coton à maille dense. C’est bien s’il est neuf, mais si nécessaire, vous pouvez aussi utiliser un vieux drap ou une vieille chemise, qui doit être lavé à 60 degrés avant le travail, bouilli dans de l’eau bouillante et séché. Le nouveau tissu de coton doit également être échaudé au préalable, afin d’éviter qu’il ne rétrécisse plus tard.

    1. Coupez les 2 rectangles de coton de 25 cm sur 16 cm. Utilisez du coton tissé serré, comme du tissu matelassé ou des draps en coton, vous pouvez aussi utiliser un vieux t-shirt. Disposez les deux rectangles comme sur le patron. Vous allez ensuite coudre le masque pour en faire un seul morceau de tissu.
    2. Pliez ensuite le bord long sur la longueur de la pièce avec un retour de 0,5 cm. Puis, pliez la le tissu sur la largeur (côtés les plus courts) avec aussi un plis de 0.5cm. Cousez le tout ensemble pour former un ourler.
    3. Passer l’élastique à travers l’ourler faite sur chaque côté du masque. Ce seront les attaches pour les oreilles. Utilisez une aiguille pour faire passer l’élastique dans le plis de la couture. Faites ensuite une boucle et attachez fermement les extrémités. Si vous n’avez qu’un cordon, vous pouvez utiliser un matériau plus long et attacher le masque derrière votre tête.
    4. Retirez doucement l’élastique pour que les nœuds soient cachés dans la main. Ajustez le masque pour qu’il s’adapte à votre visage. Ensuite, cousez l’élastique sur la couture afin que le masque ne glisse pas.

    Idée : Vous pouvez ajouter un morceau de tissu polaire dans une poche au milieu pour améliorer sa filtration.

    Comment éviter d’avoir de la buée sur les lunettes avec un masque de protection ?

    Effectivement quand vous portez un masque vous allez rapidement voir que l’air expiré chaud reste dans le masque et sort par les interstices sur le contour du nez. Certain préconise de mettre un revêtement antibuée sur vos lunettes, produit que l’on trouve dans les supermarchés. Mais l’origine du problème vient de l’air chaud expiré. Il est donc préférable si on veut éviter d’avoir de la buée sur les lunettes d’opter pour un masque de protection équipé de valves d’extraction d’air. A chaque fois que vous expirer l’air chaud s’évacue très rapidement par la valve évitant ainsi les problèmes de buée sur les lunettes. Toute la gamme des masques de protections de Neelk est équipée de valves antibuée.

    Où acheter un masque en tissu lavable?

    Il est aujourd’hui facile de se procurer un masque de protection de grand public. Vous pouvez les acheter sur internet ou en supermarché. Certain villes les distribuent aussi gratuitement. Mais quand vous souhaitez acheter un masque d’un meilleur niveau de protection, il devient plus difficile de se les procurer. Alors, où acheter un masque de protection FFP2 / KN95? Ils ont été longtemps réservés pour les personnels médicaux faute d’une bonne gestion du stock de la part de l’état. Aujourd’hui vous pouvez facilement vous procurer des masques de protection d’un niveau FFP2 / KN95 sur notre plateforme de vente en ligne.

    Quel est le prix d’un masque en tissu réutilisable ?

    Les masques en tissu réutilisable ne coûtent généralement un peu plus cher que les masques jetables. Il faut compter entre 1€ et 10€ pour un masque grand public que vous achèterez en supermarché ou sur internet. Nota : Le logo officiel de l’état précisant que c’est un masque grand public doit être affiché pour vous indiquez le nombre de lavage possible. C’est la parfait masque pour démarrer mais n’oubliez pas qu’il ne protège pas aussi bien qu’un masque FFP2 ou KN95. Un masque en tissu réutilisable peux être validé masque grand public si il filtre plus de 70% de particule >3µm. Un masque FFP2 et KN95, filtre à plus de 95% les particules >2.5µm ! Sur le marché les masques FFP2/NK95 sont rarement réutilisables. C’est pourquoi Neelk vous propose cette possibilité, avoir un masque confortable et réutilisable tout en gardant un maximum de protection.

    Doit-on porter un masque dans les transports en communs ?

    Il est aujourd’hui obligatoire dans les transports en commun de la majorité des grandes villes françaises. C’est tout à fait compréhensible quand on sait qu’il est très difficile de garder des distances de sécurité dans un espace clos. De plus si l’air est pollué, vous allez rapidement le respirer et vos poumon vos capter cette pollution. C’est donc tout à fait normal que les masques soit imposés dans les transports en commun en cas de fort risque d’air pollué.

    Quel masque en tissu choisir?

    Vous devez commencer par vous demander quelle sera l’utilité du masque. Si dernièrement des masques dit « grand public » ou masque en tissu sont arrivé sur le marché. Il faut quand même vérifier leurs niveaux de protections. Il faut rappeler qu’un masque en tissu protège mieux que rien, mais ce ne sont pas les meilleurs masques des marchés ! Ils sont même généralement les moins performant qui existe avec un critère de protection de 70% de filtration minimum pour les particules de 3µm. Mais ils ont le mérite d’exister en cas de pénurie de masque plus haut de gamme. Il faut donc regarder de près le niveau de filtration des particules fines et le pourcentage d’efficacité. Ensuite il faut regarder le nombre de fois que vous pouvez le porter et le laver sans perdre en efficacité. Et pour finir il faut regarder la coupe et la taille, qu’il s’ajuste parfaitement sur votre visage.